Brève présentation des attributions d’un antiquaire

Nous faisons souvent la confusion entre le métier d’antiquaire et de brocanteur. Ce dernier œuvre dans la vente d’objet en tout genre et peu valeureux. Quant à l’antiquaire, son activité se concentre sur la collection et la revente des objets anciens. Nous allons justement aborder les attributions de ce professionnel. Découvrez !  

L’antiquaire recherche et acquiert des objets anciens 

À titre indicatif, on dit qu’un objet est « ancien » lorsque sa conception remonte à plus de cent ans. En conséquence, la valeur de celui-ci dépendra de son ancienneté. C’est pourquoi l’antiquaire consacre la majorité de son temps à la visite des brocantes, des salles d’exposition et des vides greniers. Son but est de trouver des pièces à la fois uniques et authentiques. 

En effet, l’acquisition d’objet ancien nécessite une large connaissance en histoire de l’art. Cette qualité est d’autant plus requise dans l’exercice de ce métier. L’antiquaire doit en outre être assez curieux et persévérant, car ce n’est pas tous les jours que l’on tombe sur des objets rares. 

Grâce aux connaissances en art dont il dispose, ce spécialiste peut déceler le vrai du faux. En effet, l’authenticité de l’objet, sa rareté ainsi que sa singularité sont des critères à prendre en compte dans l’évaluation de sa valeur. 

L’antiquaire se charge de la restauration et la vente des objets anciens 

Après avoir acquis l’objet, l’antiquaire Mayer situé dans le 77 par exemple peut, avant sa mise en vente, le remettre à neuf. Il effectue des travaux de restauration de l’objet de manière à ressortir sa valeur et à attirer la clientèle. Pour ces travaux, il dispose en principe d’un atelier. Ce qui lui permet de restaurer l’objet par lui-même. 

Malgré cela, il peut solliciter l’aide d’un ébéniste, d’un doreur ou d’un restaurateur d’objets pour effectuer cette opération. Il peut également demander conseil à un professionnel de la culture avant l’achat ou la revente d’une pièce bien déterminée. 

Dans tous les cas, l’antiquaire reste un entrepreneur autonome parce que ses trésors sont en vente au sein de sa boutique d’antiquité. 

Quelles sont les qualités que devra avoir un bon antiquaire ? 

Bien qu’il ne soit pas nécessaire de suivre une formation spécifique pour exercer ce métier, il est quand même nécessaire de se spécialiser pour réussir dans ce domaine. En effet, de nombreuses universités proposent actuellement des formations en vue de l’obtention d’une licence en histoire et commerce de l’art ou un master pour le niveau bacc+5. Sachez que la plupart des personnes qui exercent ce métier héritent leurs connaissances en œuvre d’art des parents travaillant dans le même domaine. Outre cela, l’antiquaire doit avoir certaines qualités. 

D’une part, il doit être réellement passionné des œuvres d’art ancien. Ce métier ne peut s’exercer sans passion. Comme les affaires d’un antiquaire peuvent passer par des impasses, un amour de ce travail lui permet de rester motivé. 

D’autre part, cette profession exige de la curiosité et de la persévérance. Il s’agit là d’une conséquence directe de la passion. L’antiquaire veut toujours savoir davantage sur l’objet qu’il souhaite acquérir.  Chaque occasion est bonne pour apprendre un peu plus sur l’histoire et le commerce de l’art. Sachez que les acheteurs d’objets anciens sont en général des amateurs d’art. 

Enfin, il devra avoir des notions en commerce et en gestion. Pour vendre, il faut avoir un bon sens du relationnel. Il doit savoir convaincre pour réaliser un maximum de profit. Des connaissances en gestion d’entreprise sont également requises pour la gestion des avoirs dans la boutique d’antiquité.

Laisser un commentaire