Ce qu’il faut savoir sur l’assainissement collectif

Comme dans toute habitation, on consomme de l’eau potable que ce soit pour nos douches, en faisant la vaisselle… Ces eaux utilisées chaque jour ne peuvent absolument pas être réintroduites dans la nature sans être prétraitées. En effet, les produits de lessives et les produits ménagers qui sont présents dans toutes les maisons et qui font une grande partie de notre vie quotidienne contiennent sans doute des éléments nocifs à l’environnement. Les matières organiques, eux aussi, constituent un danger aux êtres humains comme au milieu naturel.

C’est pour ces raisons que l’assainissement des eaux usées est une nécessité et que le raccordement de chaque maison à un système d’assainissement, qu’il soit collectif ou individuel, est indispensable. 

Qu’est-ce que l’assainissement collectif ?

On parle d’un système d’assainissement collectif lorsqu’un réseau collectif est mis en place par la commune. En effet, dans le cas où votre logement se situe près d’un réseau collectif, il sera indispensable que vous effectuiez les tâches de raccordement nécessaires pendant les travaux de construction. La commune, dans un tel cas, sera responsable de vérifier la conformité de votre branchement.

Cependant, certains logements sont dispensés de ce raccordement pour différents raisons, notamment dans le cas d’un impossibilité technique ou si le coût de raccordement s’avère trop exagéré. Par exemple, si un immeuble existe en contrebas d’un égout, il sera dispensé d’être relié au réseau collectif.

Les types de réseaux installés par la commune

La commune est responsable de la vérification chaque nouveau branchement au réseau d’assainissement collectif effectué. A cet égard, deux types de réseaux existent. D’une part, on trouve le réseau séparatif. Ce dernier est le plus recommandé et il assure une gestion distincte des eaux qui décidera si les eaux présentes doivent ou non être l’objet d’un traitement avant leur rejet. Ainsi, il est composé de deux réseaux distinct, un pour les eaux pluviales et un autre pour les eaux usées. Donc, les eaux de pluie ne seront pas rejetées dans les eaux usées.

D’une autre part, il existe le réseau unitaire d’assainissement. Ce réseau recueille l’ensemble des eaux pluviales et des eaux usées. D’ailleurs, il n’est autorisé que lorsque le mélange des eaux n’entraîne aucun problème d’épuration.

Le coût du raccordement collectif

D’un point de vue technique et d’une manière générale, le raccordement comporte deux parties : une partie privée liée à la maison et une autre partie publique liée au réseau publique. Ainsi, le coût de raccordement se partage en deux parties entre la commune et le propriétaire de l’habitation. Ce dernier sera en charge de tous les travaux nécessaires afin de réaliser les travaux et de bien conduire les eaux usées jusqu’au réseau d’assainissement collectif. Si une ancienne fosse septique est disponible dans le logement, les frais liés à sa mise hors service sont également pris en charge par le propriétaire.

La commune, quant à elle, prend en charge l’ensemble des travaux qui doivent être réalisés sur la partie publique du réseau. Ces frais peuvent finir par être remboursés les propriétaires, en tout ou en partie, notamment recouvrée comme des impôts locaux et sous forme de participation aux frais de raccordement.

Budget à prévoir le raccordement à un système collectif

Avant de commencer des travaux de raccordement à un réseau d’assainissement collectif, il faut que vous demandiez à un artisan spécialiste de chiffrer le budget nécessaire pour cette opération. Penser à faire différents devis pour pouvoir comparer les prix offerts correctement et choisir le meilleur alternatif. En outre, votre mairie peut imposer une liste d’artisans agréés pour la réalisation des travaux sur son réseau commun. Il vous faudra donc de vous renseigner auprès de votre mairie si une telle liste existe.

A lire aussi : Qui est responsable de la réparation des canalisations et des égouts ?

Laisser un commentaire