Ce qu’il faut savoir sur les statines

Les statines ont longtemps été considérées comme la « pénicilline du cœur », qui peut réduire très efficacement le taux de cholestérol. Mais en août 2001, après la découverte de cas mortels de rhabdomyolyse (lésions musculaires) aux États-Unis et en Espagne, la cérivastatine a été retirée du marché, laissant 3 millions de Français à abuser de ces médicaments. Dans cet article, découvrez tout sur les statines.

Avantage des statines contre le cholestérol

Des avantages incontestés

Afin de réévaluer la valeur de ces médicaments,l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a développé un plan de réévaluation de toutes ces molécules. Le groupe de professionnel a analysé les données disponibles sur la toxicité musculaire desstatines et récolte des renseignements fournis par l’association de patients. L’Europe a réévalué le rapport-bénéfice/risque de la cérivastatine et du risque musculairede l’ensemble de ce type a été conduit.

L’ANSM a conclu à l’absence de contre-indications musculaires aux prescriptions de statines.Bien entendu, il reconnaît que tous les médicaments de cette classe comportent un risque de rhabdomyolyse. Ainsi, l’ANSM mentionne que des conditions de risque doivent être prises en compte, ce qui impose la détermination des enzymes musculaires (CPK) avant de prescrire un traitement, puis un suivi particulier des patients. Cependant, l’agence a souligné que par rapport aux risques spécifiques de rhabdomyolyse, les risques et les bénéfices des statines sont toujours acceptables.

Cependant, il est nécessaire de prendre d’abord des mesures de régime sanitaires, et lors de la prise de statines, il est important de maintenir une bonne hygiène (régime méditerranéen et régime d’activité physique).

Pourquoi prendre des statines ?

Il existe plusieurs autres types de médicaments hypocholestérolémiants :fibrates, résines, huile de poisson… Mais les faits ont prouvé queles hypocholestérolémiants de la classe des statines sont les plus efficaces pour réduire le taux de cholestérol sanguin. Des études cliniques sur l’utilisation régulière de certaines statines indiquent aussi que l’utilisation à long terme de ces médicaments pour le traitement peut réduire amplement le risque d’infarctus du myocarde et d’accident vasculaire cérébral, et de décès dus à des causes cardiovasculaires.Cependant, selon le magazine « Prescrire », le but du traitement hypocholestérolémiant est de réduire le risque de décès prématuré et la fréquence des événements cardiovasculaires majeurs, et non de corriger le taux de cholestérol sanguin, qui est un standard intermédiaire.

Effets secondaires connus par les statines

Dommages musculaires et statines

Récemment, un document de la Haute Autorité de Santé de février 2017 soulignait que dans les effets indésirables des statines,des atteintes musculaires (myalgies et rhabdomyolyses)ont été trouvées chez 5 à 10 % des patientsquand seul l’ézétimibe est utilisé ou associé à une statine.

Pourtant, la HAS estime qu’il n’est pas recommandé de doser systématiquement la créatine phosphokinase (CK) chez les patients sous hypolipidémiants avant le début du traitement, sauf dans les conditions de risque suivantes :

  • Douleurs musculaires préexistantes, traitées avec ou sans fibrate ou statine ;
    • Avoir plus de 70 ans, surtout s’il existe des facteurs de risque musculaires.
    • Insuffisance rénale modérée à sévère ;
    • Hypothyroïdie ;
    • Antécédents particuliers ou familiaux de maladies musculaires héréditaires ;
    • Abus d’alcool.

Dans ces cas, si le niveau initial de CK est plus de 5 fois supérieur au niveau normal, il est recommandé de ne pas commencer le traitement et de vérifier à nouveau les enzymes musculaires. Pour les patients sous traitement, il est recommandé d’arrêter le traitement toutes les 2 semaines et de vérifier les taux de CK.

Lésions hépatiques et statines

Dans quelques cas (1 à 3 %), des modifications de la fonction hépatique peuvent être observées, en particulier au début du traitement. Ces attaques sont généralement bénignes et temporaires. La HAS recommande une mesure systématique des enzymes hépatiques (alanine aminotransférase ou ALAT) chez les patients sous hypolipémiants :

  • avant le traitement ;
    • 8 semaines après le début du traitement ou l’augmentation de la dose du médicament ;

Si les enzymes hépatiques sont élevées, mais inférieures à 3 fois la normale, les opérations suivantes doivent être effectuées chaque année :

  • Poursuivre le traitement ;
    • Vérifiez les enzymes hépatiques après 4 à 6 semaines.

Si les enzymes hépatiques sont égales ou plus élevées à 3fois la normale, il est conseillé de :

  • Arrêtez les statines ou réduisez la dose ;
    • Surveiller les enzymes hépatiques après 4 à 6 semaines ;
    • Réintroduisez prudemment le traitement lorsque l’ALAT revient à la normale.

Laisser un commentaire