E-liquide : faut-il être vigilant ?

50
E-cigarette

Les liquides pour cigarettes électroniques lorsqu’ils sont réchauffés dégagent de la vapeur. C’est cette dernière que les vapoteurs aspirent en guise de fumée. La vapeur contient divers éléments qui sèment le doute dans l’esprit des consommateurs. Doit-on se méfier de ces ingrédients ou sont-ils sains pour l’organisme ?

Que contiennent les e-liquides ?

Après avoir choisi votre e-cigarette parmi le top cigarette electronique 2021, vous devez maintenant choisir votre e-liquide. Etes-vous plus friand des formules fruitées ou plutôt des formules mentholées ? On trouve aussi des liquides épicées, boisées, gourmands … Dans leur ensemble, tous les e-liquides, quelle que soit leur marque, ont une même formule de base. Celle-ci se compose de :

  • Propylène glycol (PG)
  • Glycérine végétale (VG)
  • Arômes artificiels ou naturels

A ces ingrédients de base peuvent ensuite être rajoutés de la nicotine et de l’alcool. Après évaporation, ce sont ces mêmes ingrédients que l’on retrouve dans la vapeur à aspirer. Lorsque la composition affichée sur l’étiquette se limite à ces produits, il n’y a aucun risque pour la santé pour diverses raisons.

La vapeur de l’e-cigarette est-elle saine pour l’organisme ?

Comme on vient de le souligner, la vapeur est saine à condition qu’elle ne contienne que les ingrédients cités ci-dessus. Quelques conditions doivent néanmoins être respectées et vérifiées avant de passer à l’achat.

  • Tâchez de maintenir un certain équilibre entre le PG et la VG. Ces deux produits forment la base des e-liquides. Normalement, leur teneur PG/VG doit être à 50/50. Le vapoteur obtient ainsi une vapeur gourmande dans une quantité normale. Il arrive cependant que l’on souhaite avoir plus de vapeur ou un petit hit en gorge. Dans le premier cas, on va augmenter la dose de VG tandis que dans le second cas, on va augmenter la dose de PG. On obtient alors un déséquilibre du genre 60/40, 40/60, 70/30 …
  • Le PG et la VG sont des produits utilisés dans d’autres produits de la consommation courante. Voilà pourquoi leur utilisation dans les e-liquides a été autorisée par les autorités scientifiques.
  • Le taux de nicotine dans un flacon d’e-liquide de 10 mg ne doit pas excéder les 20 mg/ml. C’est le seuil maximal autorisé et certaines fioles peuvent en contenir beaucoup moins. Que vous choisissez des e-liquides contenant de la nicotine pure ou des sels de nicotine, ce seuil maximal doit être respecté. La dose de la nicotine doit d’ailleurs être précisée sur l’étiquette.
  • Le taux d’alcool est strictement limité à 1 %. Les e-liquides qui en contiennent plus sont normalement interdits à la vente. Sa dose doit également être marquée sur l’étiquette.
  • Les arômes, qu’ils soient naturels ou artificiels, sont d’abord testés avant d’être autorisés à la vente.

Pourquoi doit-on être vigilant vis-à-vis des e-liquides dans ce cas ?

Tout simplement parce que certains flacons ne respectent pas les doses conseillées ou contiennent d’autres produits louches et dangereuses. C’est souvent le cas des e-liquides qui ne portent aucune étiquette ou qui ne détaillent pas la composition. On trouve aussi des flacons avec étiquettes, mais avec d’autres substances méconnues inscrites dessus. Ceux-là sont aussi à éviter surtout si vous n’arrivez pas à en déterminer les effets sur la santé.

Parmi les ingrédients auxquels il faut prêter attention, il y a les huiles et les produits psychotropes. Si vous en trouvez marquer sur les étiquettes, mieux vaut éviter de les acheter.

Quels effets occasionnent les e-liquides ?

Avec la formule de base habituelle, le vapoteur ne risque rien. Attention toutefois aux doses des différents ingrédients, car un surdosage de l’un d’entre eux peut entraîner quelques effets secondaires. C’est surtout le cas pour la nicotine et le propylène glycol.

Un surdosage de propylène glycol est souvent source d’irritations au niveau de la gorge, de sècheresse buccale et de déshydratation.

Un surdosage en nicotine entraîne, quant à lui, des maux de tête, des vertiges, des étourdissements, des nausées et des vomissements. Cela peut aussi intensifier les irritations, car tout comme le PG, la nicotine est un produit irritant.

Notez que ces effets ne sont pas dangereux pour la santé. Ils sont en effet passagers puisque disparaissent dès que vous réduisez la dose de ces deux produits à la dose normale. Pour la nicotine, sachez que chaque vapoteur a une dose adaptée à son niveau de dépendance. Il faut en tenir compte, car il n’y a pas que le surdosage qui peut générer des effets secondaires. Un sous-dosage peut pousser le vapoteur à vapoter davantage augmentant ainsi sa consommation en nicotine. Dans ce cas-ci, il s’expose plus à une dépendance.